La journaliste Morgann Jézéquel à la rencontre des 4èmes au collège

Dans le cadre du chapitre sur la presse, les quatrièmes 2 et 3  ont interviewé mardi 24 janvier une journaliste du Brésil : Morgann Jézéquel.

Morgann est  une jeune journaliste qui  rédige des articles pour Le Parisien, L’Express ou encore des journaux belges.

Voici les commentaires des élèves :

« Elle accueille et conseille aussi des journalistes de la télévision qui veulent faire des reportages sur le sol brésilien

La journaliste a été réaliste sur son métier de correspondante en évoquant le salaire variable d’un mois sur l’autre.

Elle est très courageuse de partir ainsi dans un autre pays. Elle a rencontré l’ancienne présidente du Brésil, c’est fantastique !

IMG_0008

                                                     Réactions et impressions des élèves de 4(2)

Elle a l’air d’adorer son métier

C’est un métier dangereux. Si on ne fait rien, on n’a rien.

J’ai retenu une phrase : «le seuil de pauvreté des habitants est plus choquant que les cadavres».

Au Brésil, voir la misère tous les jours est plus difficile à supporter que de voir un cadavre.

Elle doit interviewer des personnes qui ne sont pas toujours gentilles et intéressantes.

IMG_0008

Les 4èmes 3 sont à l’écoute.

Elle nous a expliqué la façon de réaliser un article en particulier comment entrer dans un bidonville, les «favelas».

Il faut que quelqu’un de la favella se porte garant pour elle. Les rues sont jonchées de détritus et les enfants n’ont pas tous à manger.

En quelques mots pour moi, le métier de journaliste, c’était : «salaire instable, risque et menaces, ludique et voyages, célébrités, bref diversité».

Elle a appris la langue du pays en un mois ! Cela lui donnait mal à la tête et elle se couchait très tôt.

Elle nous a parlé des mensonges, des fausses vérités des informations en particulier du «coup d’état sur l’ancienne présidente du Brésil».

En France, l’information n’a pas eu beaucoup d’impact.

Elle cherche à donner une image du Brésil qui ne soit pas seulement celle du Carnaval de Rio ou celle de  la drogue dans les «favellas».

Elle voudrait traiter de sujets différents mais c’est difficile. Les journaux français ne sont pas toujours intéressés.

Les études sont longues 6 ans et on se spécialise dans la presse écrite ou audiovisuelle.

Elle peut aller à la plage en métro en quelques minutes.

J’ai appris que les journalistes sont payés à l’article, aux «feuillets».

Elle a suivi les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde.

Cela m’a donné envie de devenir journaliste. »

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :