Les 4èmes 3 rencontrent la chercheuse Marie Vagner au CDI

Intervention de Marie Vagner, chercheuse CNRS au LEMAR à Brest

La classe de 4ème3 travaille cette année sur le projet proposé par Océanopolis, « les jeunes reporters des arts, des sciences et de l’environnement » avec la professeure de français, Mms Stefo, et la professeure documentaliste, Mme Jore.

Dans ce cadre, les professeures ont invité Marie Vagner, chercheuse CNRS au sein du LEMAR (laboratoire des sciences de l’environnement marin) qui se donne pour objectif de mieux connaître l’océan. Elle est intervenue pour discuter de la problématique du plastique dans les océans. Sa présentation a été très remarquée par les élèves qui connaissaient déjà les méfaits du plastique sur les océans mais n’avaient pas pris en compte l’ampleur du fléau.

Marie Vagner a commencé son intervention en expliquant le métier de chercheur. Un chercheur produit de la connaissance. Il essaie de comprendre des choses qu’on ne connaît. Pour cela, premièrement, il pose des hypothèses. Ensuite il les vérifie en menant des expériences sur le terrain ou en laboratoire. Et pour finir, il communique les résultats à la communauté scientifique et au grand public. Elle a bien précisé que la langue de la science était en anglais. Toutes publications écrites, toutes conférences n’étaient qu’en anglais.

Puis, elle a continué son intervention pour nous parler des océans et du plastique. Pourquoi s’intéresser aux océans ? Ils représentent non seulement 70% de la superficie de la planète mais surtout ils produisent de l’oxygène. L’équilibre de la biodiversité marine est menacé par le plastique. Il n’a été inventé qu’en 1909. Son intérêt était indéniable : peu cher, résistant, malléable, léger et recyclable. 6 bouteilles en plastique permettent de fabriquer un ours en peluche. Malheureusement, il est très peu recyclé, il est jeté ailleurs que dans les poubelles et indubitablement, il finit dans les océans. Les déchets s’accumulent mais ne disparaissent pas.

Il existe deux types de déchets plastique, le macro-plastique qui a été quantifié à 270 000 000 kilos de plastique en surface des océans. En premier, les mégots de cigarette (eh oui ils contiennent du plastique !), ensuite viennent les bouteilles en plastique. Le coton-tige arrivent en bonne place. De nombreuses personnes ont pris la mauvaise habitude de les jeter dans les toilettes mais ils sont tellement petits qu’ils passent les grilles de la station d’épuration et finissent dans nos océans. Les nuisances de ces macro-plastiques sont visibles. Le poisson, la tortue ou l’oiseau qui ingurgitent des sacs, des bouchons en plastique peuvent soit s’étouffer, mourir d’occlusion intestinale ou mourir de faim. Ils ont l’impression d’être repus car leur estomac est rempli mais ce n’est en rien nourrissant.

Le micro-plastique ou nano-plastique est moins connu mais tout autant nuisible. Le plastique met beaucoup de temps à se désagréger. Il faut compter plus de 450 ans pour une bouteille en plastique. Mais ne disparaît jamais, il devient le plus petit possible pour finir par se mélanger en sable. Le 7ème continent plastique existe mais ce n’est pas un tas de déchets mais une somme inquantifiable de nanoparticules de plastique. Il y en a partout mais on ne le sait. Les vêtements contiennent du plastique. En les lavant, des particules arrivent dans les conduits d’eau et filent vers la mer. Les chercheurs sont en train d’analyser les effets des nanoparticules de plastique sur la biodiversité marine. Il a été remarqué sur les huîtres que cela ralentit et modifie leur croissance et joue sur la reproduction. Notre intervenante-chercheuse a bien précisé aux élèves qu’une espèce qui ne croît pas et ne se reproduit pas est une espèce en déclin.

Marie Vagner a terminé son intervention en précisant que des solutions existent à notre échelle, la méthode des 3R : Réduire – Réutiliser – Recycler.

Réduire sa consommation de plastique, adieu les bouteilles en plastique, bonjour les gourdes ! Réutiliser, fini la vaisselle jetable ! Et recycler, vive les poubelles jaunes !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :